Essai historique sur la lithographie: renfermant, 1. ̊l'histoire de cette découverte; 2. ̊une notice bibliographique des ouvrages qui ont paru sur la lithographie; et 3. ̊une notice chronologique des différens genres de gravures qui ont plus ou moins de rapport avec la lithographie

Front Cover
Renouard, 1819 - Lithography - 60 pages

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 12 - Description des machines et procédés consignés dans les brevets d'invention , de perfectionnement et d'importation , dont la durée est expirée, et dans ceux dont la déchéance a été prononcée ; publiée , d'après les ordres de M. le Ministre de l'Intérieur, par
Page 9 - Notice du premier monument typographique, en caractères mobiles , avec date, connu jusqu'à ce jour, découvert dans les archives de Mayence , et déposé à la bibliothèque. nationale de Paris. Mayence, 3804, in-/\- de 8 pages, avec une planche.
Page 26 - Nul ne sera imprimeur-lithographe , s'il n'est breveté et assermenté. i 2. Toutes les impressions lithographiques seront soumises à la déclaration et au dépôt avant la publication, comme tous les autres ouvrages d'imprimerie.
Page 18 - Sennefelder, chanteur dans les chœurs du théâtre de Munich, fut le premier qui observa la propriété qu'ont les pierres calcaires de retenir des tracés par une encre grasse, et de les transmettre dans toute leur pureté au papier appliqué par une forte pression sur leur superficie.
Page 26 - L'art de la lithographie a reçu , depuis une époque trèsrécehte, de nombreuses applications qui l'assimilent entièrement à l'impression en caractères mobiles et à celle en taille-douce; et il s'est formé, pour la pratique de cet art, des établissemens de la même nature que les imprimeries ordinaires, sur lesquelles il a été statué par la loi du 21 octobre 1814. * A CES CAUSES , voulant prévenir les inconvéniens qui résulteraient de l'usage clandestin des presses...
Page 24 - Munich , d'après ces fameux dessins que par un caprice assez ordinaire aux peintres , ALBERT DURER avoit tracés sur un livre de prière. Ces gravures sont bien faites avec esprit , le trait en est souvent pur , mais il est égal , ensorte que la gravure en est un, peu grise et uniforme. C'est sur-tout en comparant ces gravure» avec celles que les différens maîtres ont gravé eux-mêmes à l'eau forte, qu'on en sent encore mieux la différence.
Page 21 - M. Regnault, qui a bien voulu joindre l'influence de ses propres lumières à celles de son élève pour naturaliser en France la lithographie. Toutefois il ne suffisoit pas d'offrir dans les productions de cet art des objets de pur agrément , il falloit avant tout qu'elles eussent un but d'utilité. Telle a été l'intention que M. Engelmann a d'abord manifestée, et qu'il a même déjà réalisée en publiant une suite de principes de dessin exécutés par les maîtres eux-mêmes, persuadé qu'on...
Page 22 - ... inattendus. Les rapporteurs passent ensuite aux procédés emploiés par M. Engelmann , et terminent par dire qu'ils ont reconnu, dans ses ouvrages, à peu près toutes les qualités qui sont les attributs de la gravure, et île plus toutes celles qui n'appartiennent qu'au dessin autographe.
Page 21 - Strixner et Piloty, d'après les dessins originaux d'Albert Durer, de Michel -Ange, de Raphaël, etc., tirés du cabinet du roi de Bavière. Plus tard, en octobre 1814, M. Thierch, helléniste bavarois, présenta à la même Classe une collection de portraits des plus célèbres artistes d'Allemagne, dessinés parle même procédé.
Page 18 - Bohême, chanteur des chœurs du théâtre de Munich , observa le premier la propriété qu'ont les pierres calcaires de retenir des traits formés par une encre grasse , et de les transmettre dans toute leur pureté au papier appliqué fortement à leur superficie.

Bibliographic information